tourisme

  • Les voyages remontent le moral

    Imprimer

    fullsizeoutput_3388.jpeg

    Cimetière de San Juan Chamula (Chiapas)

     

    J’ai enfin pu voyager mi-juin de Paris à Mexico. 15 passagers seulement. Peu rentable pour la compagnie!

    J’avais envie de visiter la province. En particulier une partie du Chiapas que je ne connaissais pas.

    C’est un état avec de nombreux cas de covid ; je l’ai vite compris en atterrissant à l’aéroport de Tuxtla Guttierez, capitale de l’état. Des contrôles administratifs et sanitaires importants étaient mis en place.

    Je me suis dirigé à San Cristobal de las Casas, ville des Tzotziles. La ville me fait penser à celle d’Antigua. Il est vrai que le Chiapas était rattaché auparavant au Guatemala.

    Je me suis installé au Sombra del Agua. Hôtel merveilleux surtout quand on est son unique occupant. De grandes personnalités ont laissé leur nom à plusieurs chambres : Jacques Soustelle, Graham Greene,.. C’est Andrea Urbina, chargée de la clientèle de l’hôtel, qui put me recommander les meilleures tables de la ville, dont le restaurant el Secreto.

    Je suis venu au Chiapas pour visiter le site archéologique maya de Tonina et son acropole de 70 mètres de hauteur. Il est fermé et ne réouvrira qu’en octobre prochain, m’indique-t-on.

    Je demande à découvrir l’une des communautés de zapatistes (elles sont 8 au total) ou certaines retirées  peuplées d’indigènes Tzeltales. Dans les deux cas, ce sont de catégoriques refus. Ces communautés s’opposent à la venue des agents de salubrité de l’État qui sont accueillis par pierres et balles. Ils craignent qu’on leur transmette le covid ou autres maladies. Ils ont confiance en leurs chamanes et leur médecine traditionnelle.

    Je visiterai les deux villages de San Juan Chamula et de Zinacantan qui conservent leur traditions tzotsiles. A San Cristobal, ne pas manquer la cathédrale. Le marché offre beaucoup de tissus importés de Chine. Parmi les rares musées ouverts, le Na Bolom (la maison du Jaguar) où vécurent les explorateurs et anthropologues danois Frans Blom et suisse Gertrude Duby.

    Au bord de la rivière Grijalva, Chiapa de Corzo, qui fut la première ville fondée au Mexique par les espagnols et sera capitale de l’état pendant une période.

    Chiapas, San Cristobal de las Casas, Tzotziles, Tzeltales, San Juan Chamula, Zinacantan, Tonina, Antigua, Guatemala, Hôtel Sombra del Agua, Tuxtla Guttierez, Chiapa de Corzo, Grijalva  chiapas,san cristobal de las casas,tzotziles,tzeltales,san juan chamula,zinacantan,tonina,antigua,guatemala,hôtel sombra del agua,tuxtla guttierez,chiapa de corzo,grijalva,frans blom,gertrude duby

  • Parlons de confinement

    Imprimer

    Un confinement atypique et en pleine mer depuis Capetown

    Il y a quatre années, en décembre j’avais fait la connaissance de Jalal. Il était originaire de Goa, en Inde.

    Depuis son enfance, il était passionné de voile. Il avait travaillé quelques années pour le compte d’un riche omanais. Au large d’Oman, il regardait les boutres naviguer, toutes voiles au vent.

    Lorsqu’il quitta le Sultanat, il décida d’acheter l’un de ces bateaux qui l’avait toujours fasciné. Ce serait le Wazzi : 30 mètres de long, deux mats et deux antennes, et ses majestueuses voiles arabes.

    Jalal était alors retourné dans son port natal de Goa et offrait aux aventuriers des croisières qui pouvaient durer plusieurs semaines.

    Il était arrivé au Cap, accompagné en plus de son équipage, de deux américains et trois hollandais.

    Voyant que ce genre d’aventure m’interpellait et m’intéressait, il nous proposa (à cinq amis et moi-même) de l’accompagner à Goa.

    15 jours plus tard, nous étions prêts !

    Aucun de nous n’avions de connaissance en marine.

    Et c’est ainsi que nous embarquâmes un jour de janvier.

    Les jours se succédèrent. La mer à l’infini. Difficile de savoir où nous étions car nos positions sur les cartes étaient rarement précises. Difficile de nous orienter aussi car le soleil se faisait rare !

    Le seul mot d’ordre était confiance et nous faisions confiance à Jalal.

    Deux semaines plus tard, nous vîmes la terre au loin. Nous nous approchâmes de deux îles. Nous sommes aux Seychelles! Nous naviguons dans la bonne direction alors! Tous, nous nous réjouîmes!

    Il faudra naviguer encore plus d’une douzaine de jours pour atteindre les côtes de l’Inde.

    Nous les aperçûmes enfin !

    Des îles cachaient au loin la terre ferme puis nous mouillâmes dans un port ou les indigènes ne nous parurent peu indiens !!

    Jalal n’avait jusque-là montré ni surprise ni inquiétude.

    Nous fûmes informés que nous étions à Sumatra.

    Les îles que l’on nous avait annoncées Seychelles étaient en fait Amsterdam et Saint-Paul.

    Bizarrement, nous étions très calmes.

    Serait-ce dû au confinement de plusieurs semaines qui arrivait enfin à sa fin?

  • Déjà 15 Ambassadeurs confirmés... pour ce 11 juin

    Imprimer

    IMG_9275.jpg

    Mes voyages ont lieu d’habitude vers d’autres destinations, principalement l’Afrique et l’Asie.

    C’est la première fois que je me rendais au Liban et en Jordanie.

    L’Égypte je la connais bien. Toujours vibrante, intéressante. Mais les zones où je désirais aller m’étaient interdites.

    Les deux nouveaux pays pour moi, Liban et Jordanie, me sont apparus modernes et déjà ouverts au tourisme. Peu de place pour le « non déjà vu ».

    Alors vous comprendrez que ce fut dur de photographier !

    Le Club des Industriales est ce qu’il y a de plus rêvé pour exposer dans la ville de Mexico. Son Président, José Carral, est devenu un ami. Homme d’affaires retiré, merveilleux narrateur d’histoires vécues, oui, ce vétéran de 96 ans s’est lié d’amitié avec les plus grands : de Octavio Paz, Carlos Fuentes aux politiques, …

    Pour la quatrième année, il me propose de présenter les photos de mes derniers voyages.

    Je réserve une surprise à José Carral : je reviens du nord du Kenya. J’exposerai quelques photos de Nariokotome et nous parlerons du « Turkana muchacho ». Il connait bien l'histoire !