Air du temps

  • Parlons de confinement

    Imprimer

    Un confinement atypique et en pleine mer depuis Capetown

    Il y a quatre années, en décembre j’avais fait la connaissance de Jalal. Il était originaire de Goa, en Inde.

    Depuis son enfance, il était passionné de voile. Il avait travaillé quelques années pour le compte d’un riche omanais. Au large d’Oman, il regardait les boutres naviguer, toutes voiles au vent.

    Lorsqu’il quitta le Sultanat, il décida d’acheter l’un de ces bateaux qui l’avait toujours fasciné. Ce serait le Wazzi : 30 mètres de long, deux mats et deux antennes, et ses majestueuses voiles arabes.

    Jalal était alors retourné dans son port natal de Goa et offrait aux aventuriers des croisières qui pouvaient durer plusieurs semaines.

    Il était arrivé au Cap, accompagné en plus de son équipage, de deux américains et trois hollandais.

    Voyant que ce genre d’aventure m’interpellait et m’intéressait, il nous proposa (à cinq amis et moi-même) de l’accompagner à Goa.

    15 jours plus tard, nous étions prêts !

    Aucun de nous n’avions de connaissance en marine.

    Et c’est ainsi que nous embarquâmes un jour de janvier.

    Les jours se succédèrent. La mer à l’infini. Difficile de savoir où nous étions car nos positions sur les cartes étaient rarement précises. Difficile de nous orienter aussi car le soleil se faisait rare !

    Le seul mot d’ordre était confiance et nous faisions confiance à Jalal.

    Deux semaines plus tard, nous vîmes la terre au loin. Nous nous approchâmes de deux îles. Nous sommes aux Seychelles! Nous naviguons dans la bonne direction alors! Tous, nous nous réjouîmes!

    Il faudra naviguer encore plus d’une douzaine de jours pour atteindre les côtes de l’Inde.

    Nous les aperçûmes enfin !

    Des îles cachaient au loin la terre ferme puis nous mouillâmes dans un port ou les indigènes ne nous parurent peu indiens !!

    Jalal n’avait jusque-là montré ni surprise ni inquiétude.

    Nous fûmes informés que nous étions à Sumatra.

    Les îles que l’on nous avait annoncées Seychelles étaient en fait Amsterdam et Saint-Paul.

    Bizarrement, nous étions très calmes.

    Serait-ce dû au confinement de plusieurs semaines qui arrivait enfin à sa fin?

  • Navigation dans le Nord de l'Europe

    Imprimer

    FullSizeRender.jpg

    Musée du Viking Ship, Oslo

    4 bateaux: Oseberg, Gokstad, Tune et Borre datant du 9ème siècle 

     

    Il faut savoir se détacher de l'Afrique, de ses gens et de la chaleur.

    Quoi de mieux en juin que d'aller en Scandinavie? : Blancheur des peaux et pluies quotidiennes assurées... 

    A la fin du voyage, je me livre à J'aime/J'aime pas:

    J'ai aimé: 
    le bordeaux de la business sur le AF Mexico/Paris, les matelas et draps du Heathrow Sofitel, le oats (avoine) porridge avec son sirop d'érable du breakfast, l'exposition Giacometti à la modern Tate Gallery, la bière de Harrods, les vétérans venus en Normandie célébrer le D. Day, le Queen Rib Eye du Polo Grill du Marina (Oceania Cruises), la chocolaterie-confiserie Georges Larnicol de Honfleur, la côte de veau du Toscana, les asperges un peu cuites du Craenenburg sur la Grand-Place de Bruges, la bière blonde belge à pression, la "Descente de Croix" à la Cathédrale Notre Dame d'Anvers et peinte par Pierre Paul Rubens, la visite de son atelier et de sa demeure où il vécut ses 29 dernières années, le tournedos Rossini au Jacques, de Jacques Pépin, la galerie Shuk Orani peintre albanais à Hambourg, les raviolis frais al burro et sauge de la Tavola Calda près de la Rathause, la Kunsthalle et l'exposition de Keith Haring, la remontée de l'Elbe depuis Hambourg avec ses rives vertes et sauvages, les répliques des bateaux Vikings du 9ème s., les tableaux de Edvard Munch dont le Cri (the Scream) au musée national d'Oslo, les sculptures de Gustav Vigeland dans le parc homonyme, la promenade sous la pluie dans le quartier Haga de Gothenburg, les bons restaurants de Copenhague (le tartar du Marchal de l'hôtel d'Angleterre, la cuvette du Steak royal, le foie de veau du Bistro Victor, les asperges blanches en lamelles du 108, descendant du fameux Nomal et associé de Redzepi), les bières pression Tuborg et Pilzer, le champagne Deutz sur le vol AF de Copenhague à Paris, l'exposition Picasso primitif au musée du Quai Branly, la terrasse du dernier étage du Warwick-Champs Elysées pour fumer le cigare, le paillard de veau de la terrasse du Plaza Athénée; 
     
    J'ai moins aimé: la décision du retrait des US de l'accord de Paris, le nombre de bras tatoués en Angleterre, le temps pluvieux à l'arrivée à Honfleur, l'afflux de touristes grouillant sur la Grand-Place de Bruges, la mauvaise mer qui conduit à la suppression de l'escale d'Amsterdam, le temps pluvieux et froid en mer du Nord, les attentats de Londres, Paris et Téhéran, le petit déjeuner du Scandic Palace de Copenhague, les embouteillages en direction de la Gare de Lyon à la suite de la fermeture des quais, le club sandwich de la Sérinité (Coste, à côté des deux Magots),...
     
    Le retour à Mexico a eu lieu. 
    Trois expositions en cours.
    Je vous informerai...