26/08/2013

JHL : Jacques Henri Lartigue

592.jpg

 

Pablo Picasso, photographié par le Maitre JHL

Il est un photographe, comme il y en a des milliers, des millions. Bon, très bon, excellent, moyen. A chacun de juger ! Peut être moins nombreux à cette époque du non digital. JHL (1894-1986) réalisera 100.000 clichés.

Mais pour sortir de l’anonymat, il n’y a pas de secret. Il faut de la chance, un coup de pouce, un moment décisif (en photo, on parle de l’instant décisif).

JHL n’a pas échappé à cette règle.

Il y a 50 ans, on est en 1963. Il a 69 ans ; il rencontre Charles Redo de l’agence Rapho, agence de presse spécialisée dans la photo humaniste (fondée à Paris en 1933).

Rapho est la contraction de Rado et Photo. Rado est un émigré Hongrois qui représentera à Paris les photographes refugiés comme Brassai, Nora Dumas, Ergy Landau et Ylla. Ayant fui la France en 40, Rado ouvrira un bureau en 1946 à New York qui représentera ensuite de grands photographes : Robert Doisneau, Edouard Boubat, JHL, Janine Niepce, Bill Brandt, Willy Ronis, Emile Savitry, Sabine Weiss,..

De cette rencontre avec Rado, JHL sera introduit à John Szarkowski, curateur du Musée d’art Moderne (Moma New York), qui lui organisera une exposition en 1963.

Dans un magazine Life de cette même année, se trouvera une photo de JHL qui paraitra dans le numéro spécial sur l’attentat et la mort de JFK.

C’est le succès assuré pour JHL !

JHL sera alors mondialement connu, puis reconnu.

Une exposition intitulée Rivages a lieu au musée de la Photographie de Toulon.

Félicitations JHL !

imgres.jpeg