02/09/2013

Exposition Enfances à la Fondation Carzou

retouche6.jpg

Carzou

C’est à Manosque (Alpes de Haute Provence).

Carzou est l’abréviation de Karnik Zouloumianqui nait à Alep en Syrie en 1907. Il réalisera à l’intérieur de la chapelle des peintures (666m2) qui représentent la vision de son Apocalypse.

L’exposition Enfances accueille quatre photographes du courant humaniste. Ils portent un regard sur les enfants. Ce sont des regards de tendresse, de complicité, de sincérité.

L’un des membres fondateurs est Sabine Weiss ; Hans Silvester a rejoint le mouvement ; Jean Barak et Jean-François Mutzig s’en rapprochent.

Sabine Weiss : En parlant des enfants, elle raconte : « Leurs regards nous subjuguent, nous émeuvent, nous interrogent, nous séduisent... »

Pour Hans Silvester, ses portraits décrivent « I’innocence et la tendresse partagées ».

Jean-François Mutzig dénoncer l’exploitation des enfants. Si c’est pour subvenir aux besoins des familles, soit. Mais souvent les enfants entrent dans les circuits de trafic de main d’œuvre.

Pour Jean Barak, les enfants incarnent un espoir d’avenir.

fiche perso sabine weiss web.jpgfiche perso hans silvester web.jpgfiche perso jeff web.jpgfiche perso jean barak web.jpg

27/08/2013

Les peuples de la vallée de l’Omo, Ethiopie

On ne se lasse pas des reportages consacrés aux tribus du Sud de l’Ethiopie : celles des Suri, Mursi, Surma et autre dizaine : Arbore, Ari, Bena, Bodi, Bumi, Dorze, Hamer, Karo, Konso. Kwegu, Tsemay, Turkana. Ce sont au total 200.000 personnes qui habitent la vallée.

Celles des Surma et Mursi se peignent le corps à partir de poudres de terre volcanique et ajoutent des éléments naturels, des fleurs, de feuillages ou de petites branches d’arbres pour compléter leur décoration. C’est le photographe allemand Hans Silvester qui nous les fit découvrir avec une collection extraordinaire de visages et corps. Du pur Body Art !

1298416838507.jpeg

 

Hans_Silvester_Vallee_de_lOmoBD.jpg







 

 

hans-silvester13.jpeg

eGprejM5MTI=_o_peuple-de-lomo-par-hans-silvester.jpg









 

La tribu des Suri est composée des femmes qui recherchent la beauté : elles recouvrent leur corps de scarification, elles posent des plateaux d’argile sur leurs lèvres et leurs lobes des oreilles.  C’est la terre aussi du Donga, le duel au bâton entre jeunes hommes. Chaque année, il y a un festival. C’est le passage obligatoire pour accéder à l’amour des femmes. Ils se battent pour séduire. Mais le jeu est très dangereux avec ces bâtons de bois de 2 mètres de long ! Si l’on triomphe de son adversaire, on sera l’élu d’une jeune femme qui vous gardera pour un simple moment de plaisir ou pour une vie d’amour. Hans Silvester a aussi consacré un très beau livre sur les Dongas.

7849324304_cc085ebd13.jpgss1985295.jpg