22/05/2016

Une traversée en Afrique Occidentale

POSTALE BLACK.jpg

Je suis parti hors du Mexique pendant plus de deux mois.

Je me sentais à nouveau attiré par l’Afrique.

Mon agence me déconseilla d’aller au Tchad et au Soudan du Sud.

Je me suis donc replié dans 3 pays de l’Ouest moins sensibles: Bénin, Togo et Burkina Faso.

Beaucoup de kilomètres, de traditions, de coutumes, d’animisme, de fétichisme, d’ethnies, de lieux de traites et de départs des esclaves,...

Pas de touristes, tant mieux. Quelques frayeurs tout de même avec le thème de la sécurité.

Aussitôt de retour à Mexico que débute ce lundi, la « Semaine de l’Afrique au Mexique ».

Le Ministère des Relations Extérieures a confié la présentation de photos à un seul photographe. J’ai été l’élu.

Je n’ai eu que 10 jours pour préparer l’exposition.

Je suis heureux de constater que le Mexique s’ouvre davantage à l’Afrique.

L’Inegi, organisme mexicain des statistiques, n'a publié que récemment (Décembre 2015) le nombre d’Afro-descendants. Depuis 2010, plusieurs organisations demandaient à ce que l’Inegi intègre ces descendants d'Africains dans le recensement. En 2011, l’Onu avait émis une recommandation dans ce sens.

Ils seraient 1.4 million. Le chiffre est sous estimé d’après les activistes qui constatent que beaucoup de recensés ont préféré ne pas assumer leur identité, se souvenant des discriminations historiques qu’ils ont connues dans le passé.

11/01/2015

Je ne suis pas Charlie

Ital Tour.jpg

Depuis le jardin de l´hôtel Nubian House à Karima (Jebel Barkal), Soudan

Désolé, mais je n’irai pas marcher ce jour !

Je comprends qu’il y ait eu de nombreuses victimes et que c’est un attentat horrible. Et je respecte la majorité de ceux qui seront dans la rue ce jour.

Je ne suis pas pour quelque type de récupération.

Je ne suis pas d’accord quand on parle d’atteinte à la liberté de la presse.

On ne peut pas tout faire dans ce monde et encore moins provoquer. Le Journal était provocateur.

Le journal était menacé depuis plusieurs années par Al Quaida. La ligne ne devait être franchise. Elle l’a été.

Quand on a demandé la position des dirigeants il y a quelques années, ils répondirent qu’ « ils n’en avaient que faire et qu’ils poursuivraient». On aurait cru lire une bande dessinée d’Astérix avec des Coqs gaulois surs d’eux même d’être invincibles.

Pour être invincible, il faut utiliser des armes aussi puissantes que celles de vos adversaires. Grandes gueules et crayons contre Kalachnikov ?

Comprenons que les règles du monde ont changé, que l’on est plus dans l’après 68 et que nous devons partager des valeurs et créer une citoyenneté mondiale. J’admire les communautés juive et musulmane de France qui exposent des approches pour atteindre ce but.

Quand je voyage dans des pays difficiles, comme le Soudan par exemple, où les tensions entre religions sont fortes (surtout dans le Sud), je fais attention de ne pas choquer.

Je n’ai donc montrée cette photo qu’à mon guide musulman qui a souri et qui l’a trouvée un peu osée. Elle fut prise en l’état dans le jardin de l´hôtel Nubian House (Italian Tourism Company).

Soyons ouverts, respectueux, prudents. Cela ne veut pas dire de renoncer à nos principes.

Mais attention, tout excès est nuisible.

10/10/2014

Sauvagisme à la Mexicaine

4885951.jpg

Les disparus d'Iguala

Ici au Mexique, nous traversons des vagues de violence de sang. Le pays sera bientôt une fosse commune, écrit Ana Garcia Bergua.

Est ce nouveau ou culturel ?

Au cours de la conquête par les Espagnols, de l’indépendance du Mexique, les quatre décades de conflit entre conservateurs et libéraux où sont intervenus deux fois des nations étrangères, le pays a connu des luttes et des tueries.

Il a traversé des époques tragiques : la période de Don Porfirio, la Révolution, la guerre des Cristeros, le 2 Octobre 1968, la guérilla, le massacre d’Aguas Blancas, la lutte contre le narcotrafic, le féminicide, et maintenant l’exécution d’étudiants.

Brutalité et primitivisme ont toujours été présents.

Au 19ème siècle, Maximilien de Habsbourg avait fait voter la loi du 3 octobre 1865. Tout mexicain soutenant l’opposant Juarez, serait condamné à mort. Il s’ensuivit du sang, des actes de barbarie.

Et encore des fosses communes...