10/06/2014

Où en est l’Afrique en matière agricole?

medium_110812p2.jpg

Plus que l’achat de terres (réalisé par la Chine, le Golfe, la Corée du Sud), il faut attirer des capitaux étrangers sous la forme d’investissements productifs dans l’agriculture.

L’Afrique est le deuxième continent à croître après l’Asie.

Mais cet enrichissement ne profite pas aux plus pauvres. Ex Zambie et ses inégalités croissantes dans la distribution de la richesse.

Autrefois l’Afrique était un exportateur net. Le Soudan était le grenier de l’Empire Romain.

Actuellement 35 Mds$ de produits alimentaires importés.

En 2000, les Gouvernements se sont engagés à consacrer 10% de leur budget à l’agriculture. Seuls 6 pays l’ont fait !

Il faut davantage investir en agriculture et en infrastructures.

La formation des petits agriculteurs est à l’ordre du jour. Il faut encourager la politique de transformation des produits sur place. Et développer la promotion de l’agriculture familiale.

Ce serait envisageable, si les budgets étaient accrus au delà du seuil de 10%.

Attention à la forme d’exploiter les ressources naturelles !

Dans le domaine des forêts, les gouvernements connaissent un manque à gagner de 18 Mds$/an.

Dans le domaine de la pêche, les navires (on ignore les pavillons et les propriétaires) pillent les mers.

 

Propos recueillis auprès de Michel Camdessus, ancien directeur du FMI, membre de l’Africa Progress Panel

31/03/2013

Le néocolonialisme jaune

feature-100-china-africa2lg.jpg

Les relations commerciales entre la Chine et l’Afrique explosent. Je les avais annoncées à 120 Milliards pour 2010. On me corrige pour l’année 2012, en confirmant 200 Milliards !

Plus d’un million d’expatriés chinois aujourd’hui sur le continent africain !

Que font la France, l’Europe et les Etats Unis ?

Africains, protégez vous des envahisseurs aux larges sourires!

Situations tolérable à court terme, difficilement supportable à moyen terme, mais inacceptable à plus long terme!

19/02/2013

Les relations commerciales Sino-Africaines

china-africa_2.jpg

Je relis un article de Jean-Louis Beffa paru dans Challenges il y a quelques mois.

Depuis 10 ans, la Chine investit en Afrique.

Elle est présente dans les terres agricoles en Ethiopie et au Cameroun, elle exploite des champs de pétrole au Soudan du Sud et au Gabon, elle possède des mines de cuivre et de charbon en Zambie et au Zimbabwe. 

Elle recherche certes à s’approvisionner en matières premières. Pour cela, elle est implantée en Angola, au Congo Brazzaville et au Sud Soudan pour les hydrocarbures ; en Afrique du Sud, en Zambie, au Zimbabwe qui sont des pays riches en minerais. 60% des bois africains exportés sont pour la Chine.

Les entreprises chinoises participent aux investissements en infrastructures de ces pays. Non seulement pour acheminer les matières premières, mais aussi pour participer à de nouveaux marchés que sont l’énergie, les télécommunications, les bâtiments.

La Chine s’installe aussi dans le domaine industriel de façon à produire à terme sur le continent africain ou les salaires sont les plus compétitifs.

Les échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique sont passés de 10 milliards de dollars en 2000 à 120 milliards aujourd’hui.

La Chine a la volonté de sortir de la relation bilatérale exclusive avec les Etats Unis, ou elle se satisfaisait de la transformation de ses excédents commerciaux en bons du Trésor américain.

Elle regarde aussi les marchés d’Amérique Latine et d’Europe mais l’Afrique est son champ d’action du moment.