20/09/2013

Coup d'oeil sur le Kyrgyzstan

image.jpg

Les premières tribus nomades seraient arrivées de la plaine de la rivière Yenisei en Sibérie entre les 9 et 12ème s.

Les steppes et montagnes d'Asie Centrale furent le siège de vagues d'empires de nomades pendant des centaines d'années qui se trouvaient au milieu d'invasions de tribus guerrières.

En 1219, Gengis Khan détruit les oasis de la Route de la Soie: Samarkand, Boukhara et Khiva. Les Kyrgyz doivent leur survie à leur style de vie de nomade des montagnes ainsi qu'à leur excellente capacité d'écuyers, supérieurs alors aux tribus sédentaires. Ils se déplaçaient à l'époque en organisant des camps d'une cinquantaine ou plus d'yourtes (bozuys). A leur tête, le chef (manap), assisté de conseillers (aksakals).

Les Kyrgyzes s'établirent dans des villages, au milieu du 20ème s., lors de la période soviétique. Leur âme est restée pourtant aujourd'hui celle de nomades. L'un des trésors culturels du pays est l'épopée de Manas qui rassemble des poèmes oraux.

Durant des siècles, ils ont été récités par des bardes (manaschi). Le Kyrgyzstan était sur la Route de la Soie; il était la Porte de l'Ouest pour la Chine. Osh était la plus ancienne ville du pays. Ozgon était connue comme Yu à l'époque.

Pays de nature, de montagnes... Ses fameux pics dont 3 à plus de 7000 m.

Les principaux sites présentant un attrait touristique sont :

le lac Yssik Koul à 1 600 m d'altitude (longueur de 160 km), à l'est du pays; profond de 702 m, le lac est légèrement salé et ne gèle pas en hiver;

le lac de haute montagne Son Koul à 3 000 m, région de Naryn ;

le glacier Inylchec et les sommets Pic Pobedy (Victoire en russe) à 7 439 m et Khan Tengri à 7 010 m, aux frontières chinoises et kazakhes ;

le Pic Lénine à 7 134 m, à la frontière avec le Tadjikistan ; le site du caravansérail de Tach Rabat 3 200 m, région de Naryn ;

le plus grand site de pétroglyphes d'Asie centrale de Saïmaly-Tach, à proximité de Kazarman, région de Jalal-Abad et celui de Tcholponata sur le lac Issyk-Kul;

le village d'Arslanbob, au cœur de l'unique massif forestier constitué de noyers, région de Jalal-Abad ;

les villes d'Ouzgen et Och, au sud du pays. Burana, site archéologique, ancienne capitale d'Asie Centrale, reste le minaret et fondations d'un mausolée, près de Tokmak.

Le pays de 5.5 millions d'habitants vit de l'agriculture, est assez pauvre avec un PIB de US$ 400/hab. La capitale est Bichkek. Chinghiz Aitmatov est un écrivain reconnu du Kyrgyzstan.

10/09/2013

D'autres découvertes à Istanbul

image.jpg

Visite de l'église Saint-Sauveur-in-Chora (Kariye Müzesi); fut transformée en mosquée; aujourd'hui musée. A la fin du 13ème s., on la restaura et on ajouta une exonarthex et une chapelle funéraire. Furent commandées des peintures murales et des mosaïques à fond d'or, considérées comme les plus belles du monde byzantin. Cela fut réalisée par l'humaniste et savant, Théodore Metochite (1270-1332) qui y consacra sa fortune personnelle et finit ses jours comme moine à l'église. Déjeuner au proche restaurant Atisane, qui offre une cuisine de l'époque ottomane. Très beaux jardin et lieu. Promenade au palais de Constantin Porphyrogénète (Tekfur Sarayi), en réparation. Nous allons en direction de la mosquée et le tombeau d'Eyüp, compagnon du Prophète, mort sous les murs de la ville en 670. La construction de la mosquée fut ordonnée par le sultan Mehmet le Conquérant, lorsque les ossements humains furent trouvés 8 siècles plus tard. Mosquée fermée. Sur la rive de la Corne d'Or, on prend un bateau de pêcheur por se rendre à Eminönü, à côté du pont de Galata. Traversée du pont et embarquement dans un ferry pour la rive asiatique. Direction Kadiköy. On fait un 1er stop en gare-port de Haydarpasa (1908). A Kadiköy, l'adresse pour manger est Çiya Sofrasi (Tchia). Ruelles montant dans la colline avec ses étals de primeurs, boucheries, poissoneries. Nombreux cafés dans les rues. Quartier très vivant. Retour à la rive européenne, à la station Besiktas. Dîner dans la vieille ville dans un bon restaurant de poissons, Balikçi Sabahattin.

06/09/2013

Aya Sofya, la mosquée Sainte Sophie, Istanbul

la-basilique-de-sainte-sophie_940x705.jpg

Ayasofya

Alliance entre l’Occident et l’Orient.

Le premier édifice à toit de bois est du à Constantin 1er (306-337).

Détruite, elle fut rebâtie par l’empereur byzantin Justinien en 532.

En 1453, après la prise de la ville de Constantinople par les turcs, le sultan Mehmet II décide de la transformer en mosquée.  Calligraphies et minarets sont rajoutés.

Par la taille, elle est battue par la cathédrale de Séville (1520).

aya sofya,sainte sophie,istanbul,occident,orient,constantin 1er,justinien,mehmet ii,mosquée,séville

aya sofya,sainte sophie,istanbul,occident,orient,constantin 1er,justinien,mehmet ii,mosquée,séville     

aya sofya,sainte sophie,istanbul,occident,orient,constantin 1er,justinien,mehmet ii,mosquée,séville