28/11/2014

Je reviens de 30 jours de voyage

IMG_4265.JPG

Les Pyramides de Méroé au fond

Je suis d’abord parti retrouver la France, ses saveurs, musées, ses restaurants, l’humeur de ses habitants.

Donc j’ai commencé par Paris. L’hôtel de la Tremoille est bien situé. Les chambres sont mieux que les petits déjeuners. Les restaurants italiens (Stresa, Bocqua d’Or) sont bons et chers, même si l’on ne demande pas de truffes.

Le meilleur restaurant du midi est le Mini palais, situé à côté du Grand Palais. Je suis donc allé voir la Fiac. J’ai visité la maison Européenne de la Photo (Alberto Garcia-Alix, Pascal Maitre avec Afriques) et j’ai vu à Beaubourg les œuvres de l’architecte Frank Gerry qui a fait la Fondation Louis Vuitton. Le nouveau musée Picasso n’était pas encore ouvert. L’exposition du Maroc contemporain à l’Institut du Monde Arabe.

Puis j’ai continué par la Provence. Descente par le TGV. Je suis descendu à Toulon. Puis en route pour Arles. Quelle merveilleuse ville au passé Romain. L’église St Trophime (évêque au 3ème siècle) qui fut primatiale et terminée en 1172, avec son très beau cloitre. Théâtre antique du 1er s. avant n.e. Amphithéâtre du 1er s de notre ère. Forum, cryptoportiques, cirque. Fondation Van Gogh (le chinois Yan PEI Ming expose) et le musée Réattu (le photographe Lucien Clergue qui vient de décéder ; Picasso). Musée de l’Arles Antique (sarcophages paléochrétiens, chaland antique Arles Rhône 3 de 31 mètres enfoui dans le Rhône, buste d’Auguste, tête de César).

St Rémi de Provence, les Carrières de Lumières aux Baux avec le spectacle consacré à Klimt et Vienne.

Puis envol pour le Caire. Poursuite sur Khartoum, Soudan. Logement au Corinthia, à l’embouchure des 2 Nils, dans « l’œuf de Kadhafi ».  Le Musée d’archéologie et les céramiques de l’époque pré Kerma (-5000 -2400 ; objets datant avant l’Egypte), les buffets de l’hôtel Corinthia, la ville d’Omdurman et l’ancien quartier militaire du Mahdi en 1884, le souvenir de la bataille des Britanniques conduite par Lord Kitchener en 1898.

Départ pour Méroé (Royaume du -4è s à +4è s.), en empruntant la route à destination de Port Soudan ; arrêt à Musawwarat Es-Sufra (temple de l’éléphant) et le temple d’Apademak (250 bc) et à Naga (temple d’Amon construit par le roi Natakamani et la reine Amanitoré ; le temple Apadémak et le kiosque gréco-romain) ; la nécropole royale de Méroé et ses 100 pyramides : partie sud (700 bc) et nord (270 bc), la pyramide de la reine candace –guerrière Amanishakheto (elle a règné de -10 à +1) et son trésor conservé à Berlin et Munich (il fut volé en 1834 par l’italien Giuseppe Ferlini).

Les déserts, les nomades, les criquets, Jebel Barkal (temple d’Amon construit par Ramsès ll), Napata la capitale de la Nubie du 9ème s. avant jusqu’au transfert à Méroé. La 25ème dynastie et un siècle de pharaons noirs régnant sur l’Egypte jusqu'à leur défaite face aux Assyriens. Le principal Pharaon Taharqa. Tombeaux de El Kurru et les 60 tombes royales et de Nuri (Fut enterré Taharqa).

El Dongola, capitale chrétienne dès le 6ème s. Trois empires nubiens  dont celui de Makouria (capitale Dongola). Accord avec les Arabes (qui envahirent l’Egypte) jusqu’au 14ème s (traité, le baqt). Les musulmanes épouseront des Princes de Nubie. La Chrétienté devient minorité.

Retour à Khartoum et envol pour le Caire. Rendez vous avec Zahi Hawas. Visite de la librairie Américaine à la place Tahrir. Visite des pyramides de Giza. La Citadelle. Le quartier de Mokattam avec son centre de recyclage de plastiques et ses 7 églises chrétiennes.

Le quartier Copte, le musée, Mari Girgis. Caravansérail et derviches. Le déjeuner devant les pyramides d’Abu Sir, le terrain de Polo et Faruk.

Le Caire-Paris-Mexico. C’est long mais que de souvenirs et d’expositions en préparation.

14/06/2014

Afrique : Traditions, Cultures, Cérémonies... menacées ?

dinka-04 copie.jpg

De gauche à droite :

Mère et enfant Himba (Namibie), Jeunes éleveurs Dinka (Sud Soudan), Enfants Surma (Ethiopie).

Aujourd’hui, les touristes délaisseraient le safari traditionnel animal pour le safari humain.

On peut se poser des questions.

A force de voir défiler des étrangers, des photographes, des tours opérateurs, les Himba, Mursi et Surma abandonneront-ils un jour leurs traditions ?

Dans la vallée de l’Omo (Ethiopie), plus de 30.000 visiteurs s’y engouffrent chaque année !

Que restera-t-il de la vie réelle et authentique de ces populations qui échangent une photo contre une pièce ou un billet?

Les cérémonies des cultures africaines ont été analysées, photographiées, répertoriées et défendues depuis 35 ans par Carol Beckwith et Angela Fisher.

Reportez vous à leurs merveilleux ouvrages rappelés sur www.Africanceremonies.com

27/05/2014

C’est où le Cameroun ?

IMG_2308.jpg

 Le Roi de Bangoulap

Rafael Perez, chargé d’affaires au Secrétariat des Affaires Extérieurs du Mexique, me convoque.

Il commence son exposé. « Le Mexique a moins d’une dizaine d’Ambassades en Afrique, alors que le Brésil en a plus d’une trentaine. » Pourquoi ne pouvons nous pas être davantage présent ? As tu des idées ?

Je lui explique que le Brésil a une population noire, quasi inexistante au Mexique. Ils ont des racines d’Afrique ; leurs ancêtres sont des esclaves noirs. Le Mexique a ses indiens et aussi un côté raciste envers les noirs.

Il faut plus communiquer sur les pays d’Afrique et les présenter aux mexicains. Pour la plupart, l’Afrique se limite au Maroc, à l’Egypte, à l’Ethiopie, à la Namibie et aux pays de safaris (Afrique du Sud, Tanzanie, Kenya, Bostwana).

R. Perez poursuit : « Va faire un tour en Afrique. Reviens avec reportage et photos. On va commencer une série sur ce continent. »

Je m’envole pour Paris et réfléchis au pays que je ciblerai. Il faut éviter la dispersion, aussi je décide de m’intéresser à l’un que je ne connais pas encore. Et ils sont nombreux ! Je me rends à l’Unesco et rencontre deux fonctionnaires spécialisés sur l’Afrique. Je leur expose la situation. L’un me donne la solution.

« Allez au Cameroun, c’est l’Afrique en miniature. Ils ont le Sahel, le désert, les forêts tropicales, les plages, les volcans, les ethnies, la culture, les chutes d’eau, les chefferies, les animaux de safari, les parcs, l’écotourisme, ... »

Je prends mon visa, voyage à Yaoundé. La je me ferai héberger chez un ami, à la résidence de l’Ambassade d’un pays européen. Pendant 12 jours, ce sera ma base!

Je ne serai pas déçu de mes visites qui seront cependant limitées géographiquement et ce, pour des raisons de sécurité.

L’Ambassade m’interdit l’accès à l’Extrême Nord, où se trouvent les plus belles ethnies. La proximité et l’influence de Boko Haram dans cette partie, obligent à ne pas y circuler. Au même moment, le groupe revendiquait l’enlèvement de quelques 300 jeunes filles étudiantes.

Je suis allé dans l’ouest camerounais, à la rencontre de l’ethnie des Bamilékés (la plus importante avec celle des Bamoun). J’ai fait un tour des Chefferies en rencontrant quelques Rois et Chefs, à Bafoussam, Bangangté,  Bangoulap (j’ai visité la fondation Jean-Félicien Gacha, de la famille Dumas, Hermes ; j’ai rencontré Ly Dumas et j’ai séjourné à la villa Boutanga), Batoufam, Bandjoun (le chef actuel a plus de 60 femmes), Foumban,...

Puis je serai accompagné par les guides du Ministère du Tourisme pour rencontrer les pygmées de la vallée de la Lobé, près de Kribi.

Il y a peu d’infrastructure hôtelière dans l’ensemble, il y a peu de tourisme encore. Et cela fait partie du charme du pays !