29/06/2013

Quelques galeries de NY, édition Juin 2013

Entre les 18 et 24ème rue, coté ouest, se trouvent à touche-touche de nombreuses galeries.

Certaines offrent des œuvres osées. C’est la 1ere fois que je vois les New Yorkais et étrangers s’extasier devant des pussy !

OUI ! SCHOCKING ?

Commençons par la Marianne Boesky Gallery (509 W 24th St). Elle offre l’exposition Sunsets and Pussy. Betty Tompkins montre le Cunt Landscape (1969) et d’autres peintures de pussy qui peuvent atteindre quelques dizaines de milliers de dollars.

IMG_9315.JPG

A la Gagosian Gallery (555 W 24th St), les nouvelles peintures et sculptures de Jeff Koons. Les 3 nouveaux Balloons Swan (bleu), Rabbit (jaune) et Monkey (rouge) doivent plaire au marché asiatique.

29df5f71c2383e0c09ec4ecbaf84912e-620x300.jpg

Mike Weiss Gallery (520 W 24th St) présente Birth of Legend de Cameron Gray (1980- ). Pop Art, techniques digital, 3D, kaléidoscopes, panneau multi-écrans, c’est assez inhabituel.

IMG_9324.JPG

A Luhring Augustine (531 W 24th St), on trouve les récentes œuvres de Philip Taaffe, dont son Nymphaeum.

La C24 Gallery (514 W 24th St), avec la sélection de Clarissa Dalrymple, nous propose les œuvres de 9 artistes. Encore les photos erotiques sont à l’honneur grâce à Rohan Wealleans (Nouveau Zélandais).

IMG_9316.JPG

La Matthew Marks Gallery (523 W 24th St) présente dans 3 de ses galeries Ellsworth Kelly at Ninety (elle fête ses 90 ans). Peintures et sculptures.

IMG_9336.JPG

J. Cacciola Gallery (537 W 23rd St) expose Exit the Freeway, avec Valeri Larko et Trevor Young.

IMG_9299.JPG

Steven Kasher Gallery (521 W 23rd St) montre 20 grandes photos du japonais Maekawa. En 2013, il remporta le prix du Nikkei National Geographic pour ses photos d’animaux extraordinaires.

main.jpg

Bryce Wolkowitz Gallery (505 W 24th St) propose The Wrinkles of the City, Havana, Cuba, une collaboration entre l’artiste français JR et le cubain José Parla. Ils reproduisent sur les murs de la ville des photos prises de citoyens cubains qui ont vécu la Révolution.

Jose-Parla-JR-Bryce-Wolkowitz-Wrinkles-city-Havana-AM-34.jpg

Metro Pictures (519 W 24th St) présente Noa Noa. Le thème l’esthétique de l’exotisme. A retenir les œuvres de Nina Beier.

IMG_9338.jpg

Voir aussi les immenses coquillages de Marc Quinn.

IMG_9330.JPG

A l’Unix Fine Art, attention aux photos fortes de Andrzej Dragan. A noter la Frida Khalo de Alexi Torres.

IMG_9327.JPG

IMG_9326.JPG

Qui m’aidera à retrouver le nom de l’artiste ?

IMG_9311.jpg

04/06/2013

Ramsès II

800px-Abu_Simbel,_Ramesses_Temple,_chamber_decoration,_Egypt,_Oct_2004.jpg

 Hiéroglyphes dans une chambre du temple de Ramsès II d’Abu Simbel

Ramsès II s’éteint en 1213 avant JC, c’est à dire il y a 3200 ans !

Monté au pouvoir à 25 ans, il régna 67 ans et meurt à 92 ans.

Fils de Seti I, grand souverain, il fut à l’origine du 1er traité de paix, signé avec les Hittites ; il rétablira dans la capitale religieuse du pays, à Thèbes, le culte de Amon Râ ; il fit réaliser entre autres le temple de Ramesseum et les 2 temples d’Abu Simbel, l’un pour son épouse préférée Néfertari, l’autre pour lui.

Il eut une autre épouse aimée Isis-Nefret et de nombreuses concubines ; au total quelques 108 enfants.

Lors de son embaumement, le Dieu des Morts Anubis, est présent. Le cortège funéraire accompagnera le sarcophage de la momie jusqu'à Thèbes, ou il sera installé dans un tombeau proche de celui de son père, sur la rive occidentale du Nil, dans la vallée des Rois.

Il faudra laisser passer des siècles avant que l’on ne retrouve le tombeau de Ramsès II.

Ce n’est qu’en 1817 que le britannique Henry Salt découvrira le couloir menant au tombeau de Ramsès II.

Ensuite, Charles X finance avec le Duc de Toscane une expédition sur l’Egypte. C’est l’époque de Champollion et de l’italien Rossellini.

Il faudra attendre 1843 que le savant et photographe prussien Lepsius arrive à Thèbes. Il atteindra le tombeau sans trouver de momie ni d’objets funéraires. Il laissera à la postérité le tracé détaillé du tombeau et de ses accès.

En 1881, Gustave Maspero (après Mariette) est nommé à la Direction des Antiquités. C’est l’époque ou le souk de Louxor est en développement économique et à la mode. On fait du trafic de pièces antiques. Maspero est chargé de surveiller et arrêter le trafic. Il sera aidé par la piste de Ahmed Abd el Rassoul (vivant dans le village de Gournah) qui se confiera et expliquera avoir identifié 10 ans plus tôt, un puits dans la montagne à Deir el Bahari, qui regorge de trésors et de quelques 48 momies royales, dont celle de Ramsès II.

Que font elles ici ?

Déjà 1000 ans avant JC, les pillages existent. Pour faire face à ceux ci, au moment de la gravité des situations économique, politique et sociale que connaît l’Egypte, autour de 979-960 seront organisés des transferts des tombes royales vers un lieu sur. C’est alors qu’en 3 nuits, momies et mobiliers funéraires seront déplacés. Les informations seront consignées dans des procès verbaux apparaissant sur les sarcophages. Sur celui de Ramsès II, on sait qu’il a quitté sa tombe pour rejoindre celle de son père Seti I avant d’être déplacé vers le puits. Et tout comporte des dates précises.

La momie de Ramsès est démaillotée en 1886. On constate qu’elle renferme un cartouche qui permet de l’identifier.

Des 1902, la momie est exposée au Musée des Antiquités du Caire. Pierre Lotti signalera l’état de détérioration de la momie.

Apres la conviction par Giscard d’Estaing sur son homologue Sadate de transférer la momie à Paris pour son traitement, la demande est acceptée. Ramsès II obtiendra un passeport et sera promené comme un souverain –passant par la place de la Concorde, au pied de son obélisque- pendant son séjour de 8 mois à Paris, à compter de Septembre 1976. Un traitement aux rayons gammas permettra l’arrêt de la destruction de la momie.

 

Ensuite, elle a regagné son pays et peut être à nouveau exposée.