28/01/2013

Promenade au centre du DF, Mexico

Ramos07_Volcanes.jpg

Mexico, la cathédrale et les volcans, dans les années 1930, photographiés par Manuel Ramos

Il faut se rendre ces jours ci au Musée national de la Ciudad de Mexico, dans le centre historique, à deux blocs du Palais National.

Au départ, ce fut la demeure de l’avocat espagnol Juan Gutierrez Altamirano, arrivé en 1527. Il fit construire son palais autour de 1536, qui deviendra quatre siècles et demi plus tard le Musée.

Un de ses descendants épousa la petite fille du vice Roi, Luis de Velasco, qui lui donna en 1616 le titre de Comte de Santiago de Calimaya.

Pendant 35 ans, au début du 20ème siècle, le palais fut habité par le peintre Joaquin Clausell.  Ne pas manquer la visite de son studio aux 300 peintures murales, ou ils recevait Dr Atl, Diego Rivera ou Juan O’Gorman.

Une exposition est aussi consacrée à Raymundo Sesma, architecte, peintre et sculpteur.

Enfin un hommage est rendu au grand photographe du début du 20ème, Manuel Ramos. Il fut témoin de la Révolution Mexicaine et des journées de fusillade à l’époque de Francisco Madero. Le 9 février 1913 (un siècle déjà), débutèrent de nombreux meurtres.

En face du Musée, une plaque indique la rencontre du Mexica Moctezuma Xocoyotzin et du conquistador Hernan Cortes, le 8 Novembre 1519.

A côté, l’église de Jésus ou se trouve la dépouille de Cortes, et l’Hôpital de Jésus avec des fresques murales en honneur de Conquistador.

26/01/2013

La Grande Eleonora Surréaliste

P1010128.JPG

Je veux parler de Eleonora Carrington !

C’est au Cenart (Mexico, DF), que seront exposées une trentaine de ses œuvres à partir de la prochaine semaine.

Leonora, née en Angleterre en 1917, émigra au Mexique en 1942.

Elle fut une créatrice de génie jusqu'à sa mort, à ses 94 ans.

Fut ce par sa mère irlandaise qui lui racontait des contes de fées, des légendes de la mythologie celte, des évènements surnaturels, alors qu’elle était encore enfant, que Eleonora aurait le gout pour peindre et sculpter des œuvres aux personnes oniriques?

Elle fut attirée par la magie, l’astrologie, la cabbale, le tarot, autant d’éléments de base à sa création.

Ses personnages étaient souvent des hybrides d’humains et d’animaux.

Le surréalisme est ce mouvement artistique qui cherche à mettre au grand jour ce que garde le subconscient et qui correspond d’une certaine forme à l’interprétation des rêves.

21/01/2013

Hugo Chavez : plus que Bolivar, Jésus Christ !

chavez_ausente_1.jpg

Chavez et Bolivar

Ils étaient réunis nombreux hier le 20 janvier, date de son nouveau mandat de Président. Dans les rues du Venezuela, de grandes pancartes apparaissaient sans ambigüités pour le comparer à un prodige. Les gens sont admirateurs, fanatiques de l’homme. C’est un héros ! On a besoin de lui ! Il reviendra de Cuba !

Il est sur qu’il reviendra un jour. On le pleurera alors ; il sera vedette, martyr, saint ; on en parlera longtemps, comme on parle encore de Eva Perón qui mourut à 33 ans !

Mais après les pleurs, il faudra penser à reconstruire l’économie du pays! Quelle est la principale richesse du pays ? Le pétrole ! Et qu’en a-t-on fait?

Le Venezuela et le Mexique sont deux pays producteurs de pétrole avec une moyenne d’un peu moins de 3 millions de barils par jour. Le Mexique a vu légèrement sa production baisser par manque d’investissements au sein de la société nationale Pemex qui malgré tout génère des ressources financières importantes pour le pays.

Intéressons nous au cas du Venezuela. Lorsque Chavez est arrivé au pouvoir, en 1998, le pays produisait 3.3 millions de barils jour et en facturait 2.7 millions.

Aujourd’hui la production est de 2.4 millions. Et seuls 900.000 sont facturés (essentiellement aux Etats-Unis). Le reste ? 800.000 pour usage interne du pays, 300.000 aux pays des Caraïbes (peuvent-ils payer?), 100.000 à Cuba (qui paierait !), etc...

C’est beau de s'attribuer les ressources d’un pays et de faire des cadeaux royaux à des pays amis, sur le dos de ses sujets. Malgré cela, le peuple redemande du Chavez. Le populisme fait recette!

Comme avec l’alcool, les lendemains peuvent être difficiles.